Concours Europan 4 - Logements et activités

M.O : Ministère de l'Urbanisme, du Logement, du Transport et de la Mer / Maitre d'Oeuvre Grande-Synthe (59) / 1993 / avec Patrice Rey

Projet Cité 

Exposition : Grande Arche de la Défense, juin, juillet 1994

Publications : 
 » AMC – Le Moniteur  » supplément au n°54/55, septembre 1994 
 » Journal Europan  » n°2, juin 1994


Faire avec

« Il faut cultiver son jardin… » : préalable radical, le projet prend comme tel la géométrie improbable d’un îlot déjà tracé et viabilisé par les services techniques de la voirie. Il s’agit de densifier cet espace tout neuf, d’affirmer sa position stratégique au sein même du quartier de l’Albeck, au carrefour d’équipements importants et d’un centre commercial.

Ce parti pris d’assumer un périmètre d’opération limité révéle par contraste l’immense vacuité d’un site pour lequel rien n’a été imaginé, mais où tout reste donc imaginable…

Envisagée ainsi, la démarche s’apparente à celle d’un « cadavre exquis » où chaque pièce urbaine singulière dessine peu à peu le visage du nouveau quartier.

Jardin secret

D’abord un jardin dense « incrusté » à trois mètres sous le niveau des rues. une végétation basse se mèle à des arbres de hautes tiges sur un sol vallonné.

En périphérie, la façade incurvée d’une ceinture de bureaux et d’activités. Des passerelles accessibles depuis les rues permettent un franchissement en surplomb et donnent accès à des modules escaliers habillés de toiles tendues translucides. De là, il est possible de descendre au jardin ou d’accéder aux logements.

Pilotis

Disséminés parmi les arbres, de larges plateaux superposés sur pilotis abritent les logements. Chaque plateau est un plancher caisson modulaire épais de 60 cm qui intègre les différents réseaux et permet un positionnement libre des éléments techniques à raccorder.

Ces espaces bénéficient d’une double enveloppe : 

  • la première, constituée de lames de bois lazurées orientables, module à 360° la solarisation et les vues
  •  la seconde, en retrait de 1m80 est faite de grands panneaux vitrés repliables qui assurent le « clos » tout en permettant le « totalement ouvert » d’une vue panoptique depuis l’intérieur du logis.

L’entre-deux dégage une grande terrasse périphérique. 
Sur cette base aux possibilités multiples, il est proposé un panel de logement allant du studio, où chaque niveau est alors scindé en deux parties, au six pièces.

Le volume est alors organisé en duplex. Des volumes aux fonctions multiples : cuisine-bain, meuble-bain, meuble-lit (pour reprendre une tradition ancienne du lit à baldaquin) créent les partitions. L’habillage de ces meubles techniques assemblables permet de doser intimité, transparences et opacités.